• .la rédac

[DOSSIER RUE] Les différents Revenus Universels



Aujourd’hui, 87% des travailleurs et travailleuses en France sont menacé•e•s par la robotisation des entreprises. Les emplois vont devenir plus rares et le chômage augmentera. Plus nous avançons dans le temps, plus les difficultés financières des ménages deviendront importantes. Il faut agir maintenant pour éviter un appauvrissement d’une grande partie de la population française.


Le revenu universel est une solution qui pourrait permettre aux plus modestes de vivre dans de meilleures conditions. C’est une idée qui a déjà été pensée par de nombreuses personnalités, en France et ailleurs dans le monde. Le revenu universel faisait notamment parti du programme de Benoit Hamon pour la présidentielle de 2017. Avant cela, le Kenya, la Finlande et l’Italie ont pensé ou expérimenté le revenu universel. Nous allons donc regarder l'effet de ces augmentations sur la population.


En octobre 2016, au sein d’un village au Kenya, l’ONG GiveDirectly met en place un revenu universel de base. Cette organisation offre 20 euros par mois, soit 50% du revenu moyen du pays, à toutes les personnes qui vivent dans des conditions défavorisées. L’étude menée va être réalisée sur une période de douze ans. L’expérience s’est étendue à près de 120 villages de l’ouest du pays dans le cadre d’une étude inédite : depuis janvier 2018, les habitant•e•s d’une quarantaine de localités reçoivent ainsi 2 250 shilling (soit 19,50 euros) par mois. Une habitante d’un village témoigne : « J’ai pu économiser pour payer des études d’institutrice de maternelle. Ça a été le petit coup de pouce qui a fait basculer ma vie ». Grâce à cet argent, les habitant•e•s peuvent avoir des projets et penser à leur avenir. C’est une aide qui change la vie et qui devient aujourd’hui indispensable dans notre société.


En Italie, le M5S porte le projet d'un revenu de citoyenneté, pour garantir à tous les adultes un revenu minimum de 750 euros par mois. Cependant, une personne recevant déjà un salaire n’aura qu’un complément : le revenu variera donc en fonction des conditions de ressources de la personne. De plus, les italien•e•s ne pourront toucher ce revenu que s’ils ou elles recherchent un emploi. Si un•e demandeur•se d’emploi refuse plus de trois offres, le revenu ne sera plus versé. Cette conception correspond donc à une vision plus libérale du revenu universel, où il n'est plus qu'une aide sociale parmi d'autres.


En Europe, le revenu universel n’a pas été beaucoup expérimenté, sauf en Finlande Effectivement, en 2017, la Finlande souhaite expérimenter le revenu de base pendant deux ans. L’expérience concerne au total 2000 personnes au chômage, et chacune reçoit 560 euros par mois. Cette offre est valable même si la personne a un emploi. Pour le gouvernement, le but est de remotiver les sans emplois à reprendre une activité. Grâce à ce revenu, les finlandais•es peuvent plus facilement faire face aux difficultés de la vie quotidienne et cela permet de faire vivre l’économie du pays. En effet, le pouvoir d’achat de ces 2000 personnes augmente. Cependant, la mesure finlandaise avait principalement pour objectif de faire revenir les personnes vers l'emploi et n'était pas conçue comme un outil d'éradication de la pauvreté ou d'aide à l'émancipation.


En France, en 2017, Benoît Hamon annonce sa volonté de mettre en place un revenu universel d’existence, attribué à toute la population, sans conditions de ressources, ni obligation d’emploi. N’étant pas lié à une activité professionnelle, il peut être versé à part des ressources déjà reçues ou en complément d’un revenu perçu pour chaque personne. Ce système permettrait de renforcer le pouvoir d’achat et d’améliorer les conditions de vie de millions de personnes en France. Il permettrait également de lutter contre la pauvreté avec l’engagement de recevoir au moins 600 euros par mois, pour commencer, avec un objectif à 750 euros à terme. Le revenu universel serait versé de manière automatique, ce qui permet de réduire le nombre de personnes qui peuvent obtenir des aides mais qui ne les demandent pas. Dans ce système, le revenu universel est vraiment conçu comme outil d'émancipation : il ne substitue pas aux prestations sociales (sauf le RSA et la prime d'activité), est versé à tou•te•s, notamment aux étudiant•e•s qui aujourd'hui n'ont accès qu'à très peu d'aides sociales alors qu'ils forment une population particulièrement précaire.


Un peu partout dans le monde, le revenu universel est une idée qui permet de lutter contre la pauvreté des plus pauvres et de prévenir de la hausse du chômage qui ne s’arrangera pas avec la robotisation des entreprises. Il est essentiel pour nous de porter ce projet émancipateur et libérateur.


Marine Roblin

SUIVEZ-NOUS

  • Noir Icône Instagram

©2019 - Culture G / Les Jeunes Génération·s