• .la rédac

L’école : un lieu de vie au cœur de la ville et des quartiers



L’enseignement primaire est une compétence clé des municipalités. Ce n’est pas rien, le.a maire et ses adjoint.e.s ont en charge le cadre éducatif des enfants de leur ville. Les écoles sont souvent un centre de gravitation des quartiers. Des enfants, d’origines différentes, se retrouvent et leurs parents se rencontrent dans cet établissement. C’est pourquoi il est important de faire des écoles un véritable lieu de vie.


Dans les années 70 de nombreuses écoles « préfabriquées » ont vu le jour, avec des matériaux de construction dangereux pour la santé des écolier.e.s comme l’amiante ou encore la peinture aux plombs. Ce lieu de vie se doit d’être construit et entretenu avec des matériaux propres et sans danger. Dans de nombreuses villes détenues par des partis politiques de droite, l’entretien de nos écoles a été confié à des entreprises privées. Le personnel n’a que 2 heures pour nettoyer un établissement scolaire soit moins de 10 minutes par classe. Le constat est sans équivoque, les écoles sont sales, le personnel est fatigué. La gauche ne peut laisser cela se mettre en place. Faire une politique de la ville de gauche, c’est faire attention à la vie et la santé publique des écoliers mais aussi de montrer l’exemple dans le traitement des employé.e.s communaux.alles.


Faire de l’école un lieu de vie, c’est aussi en faire un lieu où il fait bon vivre. Les écoles doivent être au cœur de la transition écologique en faisant attention à leur isolation mais aussi en végétalisant les cours d’école. Là où les villes cherchent de plus en plus à planter des arbres, quoi de mieux qu’une cour d’école ? Cela permet en plus aux enfants de bénéficier, pendant les périodes de fortes chaleurs, de zones ombragées et aérées.

L’école doit également être un lieu d’éducation à une alimentation saine et équilibrée. Et cet apprentissage commence par le choix de ce que l’on donne à manger aux écolier.e.s Comment peut ont leur donner, encore aujourd’hui, des produits ultra-transformés, transportés dans des barquettes en plastiques alors que l’impact sur la santé des perturbateurs endocriniens sont connues ? Si l’école doit être au cœur des quartiers, elle doit être aussi au cœur de la ville et de la région en privilégiant des produits locaux et BIO pour les repas, ainsi que le fait-maison.


Les écoles doivent également être des lieux de vie inclusifs. Aucun élève ne doit rester sur le banc de touche que ce soit en raison de son origine sociale, ethnique, de son appartenance religieuse, de son genre, ou d’un éventuel handicap. Les Auxiliaires de Vie Scolaire (AVS) devraient pouvoir être présent.e.s en continue avec l’enfant en difficulté. Dans certaine commune, c’est le cas pour la ville de Reims, les AVS ne sont pas présent.e.s pendant le temps périscolaire alors que les enfants en ont encore besoin. Ils et elles sont exclu.e.s du reste du groupe classe pendant ces temps. Ainsi il est important que les mairies revoient les contrats passés avec l’Etat afin de favoriser en temps d’accompagnement continue.


Les écoles souffrent beaucoup des nombreuses réformes Blanquer depuis 2017. C’est surtout le cas des écoles situées dans des territoires défavorisés, celles situées dans les Réseaux d'Éducation Prioritaires (REP et REP+). En effet, après la suppression du dispositif « Plus de maître que de classe » qui permettait un accompagnement personnalisé pour chaque enfant, après la suppression de certaines dotations, ces écoles ne trouvent plus les moyens d’éduquer les écolier.e.s correctement et de manière adaptée. Les enfants, déjà mis à l’écart, sont exclus du système éducatif. Bien que l’Etat ait une grande responsabilité, notamment vis à vis de la carte scolaire, qu’il conviendrait de revoir., les villes doivent redonner une place importante à ces écoles, tout d’abord en favorisant la mixité sociale en contrôlant davantage les demandent de dérogation. Mais également les mairies peuvent trouver des moyens de rassembler tous les écolier.e.s par des projets culturels éducatifs communs à toutes les écoles de la ville.


L’école doit être ce lieu de rassemblement, de mixité au cœur des quartiers et au cœur de la ville, afin que tous les enfants puissent avoir la même éducation. Et c’est les municipalités qui doivent garantir ce lieu de vie.


Paul Bondot


SUIVEZ-NOUS

©2019 - Culture G / Les Jeunes Génération·s