SUIVEZ-NOUS

©2019 - Culture G / Les Jeunes Génération·s

  • .la rédac

La jeunesse fera basculer ces élections

Dans de nombreuses villes, les jeunes, bien qu’ils soient souvent la part de la population la plus importante - notamment dans les grandes villes - prennent généralement peu part aux scrutins démocratiques.

A l’heure du réchauffement climatique, de l’accroissement fulgurant des inégalités sociales qui engagent et impactent directement notre quotidien, notre futur et même la pérennité de notre espèce, nous ne pouvons nous octroyer le luxe de nous dessaisir de ces problématiques. L’enjeux est grand, et on peut facilement se figurer le résultat de notre apathie ou de notre réticence/circonspection à se saisir du politique - au sens noble et platonicien du terme - :d’être gouverné.e.s par ceux qui veulent le status quo, biberonnés à la doxa dominante, matricés par le système actuel, bien heureux de conserver leur privilège et refusant de partager “le pouvoir”.


Ceci est vrai à l’échelle nationale mais aussi à l’échelle locale, pourtant, l’échelle locale est l'échelon le plus pertinent pour amorcer une réelle transition écologique, selon le rapport du GIEC 50 à 70% des leviers contre le réchauffement climatiques sont locaux. C’est aussi l’opportunité de renouer avec la démocratie, de retisser du lien, de redonner le pouvoir aux habitants et habitantes et de leur redonner confiance en la politique. Il est urgent de déconstruire ce système qui veut que la politique ne soit que l’affaire de le politicien.nes. La politique ne doit pas être une affaire de perspectives individuelles, mais l’affaire de chacun.e. Cet exercice à l’échelle local nous permet, à nous la jeunesse, de poser les bases de la 6ème République que nous bâtirons et qui remplacera la démocratie intermittente et à bout de souffle que nous subissons sous la 5ème.


Ces aspirations sont celles de la jeunesse, en première ligne face au réchauffement climatique, et consciente qu’il n’y a pas d’écologie politique sans démocratie, que le combat pour les prochaines élections de 2022 commence le 15 mars prochain dans chacune de nos villes.


La ville est à nous car l’avenir est à nous !


Sabrina BenMokhtar, candidate à Nancy sur la liste “Nancy Ecologie Citoyenne”

portée par Laurent Watrin et Isabelle Lucas


(Crédit Photo : Lucas Charliquart)

Mon combat principal lors de ces municipales dans ma ville, Nancy, est de faire entendre la voix de la jeunesse, trop souvent méprisée, négligée, paternalisée. Nous sommes la génération la plus engagée depuis des décennies (associations, syndicats, partis politiques, etc) mais rares sont les têtes de liste à nous interroger sur nos aspirations, sur la vision de la ville, sur les moyens qu’ils peuvent mettre en place pour traduire politiquement nos engagements à l’échelle locale, où tout simplement sur savoir comment nous soutenir.


Qui de plus qualifiée que la jeunesse pour savoir ce dont nous avons besoin ? pour savoir comment transformer nos villes à notre image ? Comment nous épanouir dans une ville qui soutient et nourrit nos initiatives ? Comment libérer nos énergies ? Du fait du manque de démocratie à l’échelle locale la jeunesse étouffe pourtant la jeunesse grouille d'initiatives nous pouvons projeter un imaginaire si grand. Cependant cette place ils ne nous la laisseront pas, nous devons aller la prendre ! Sans combattre, sans s’imposer nous n’aurons rien de tout ça et c’est tout le sens de mon combat actuel au sein de la liste Nancy Ecologie Citoyenne.