• .la rédac

Nos communes, actrices de cette décennie décisive



Chaque décennie a sa propre identité, la nouvelle qui s'ouvre ne fera pas exception à la règle, avant de regarder vers le futur, peut être un léger coup dans le rétroviseur ? 2020 ouvre un nouveau champ des possibles. Mais nous espérons qu'elle fermera également aussi un cycle désastreux à la fois pour la gauche et aussi pour l'écologie.


Pourtant, la montée de l’extrême droite dans plusieurs parties du monde, la remise en cause des fondements de la démocratie libérale, le défi du changement climatique qui est pourtant impératif pour la survie de l'humanité, la crise financière et surtout un modèle néo-libéral qui se répand, silencieusement, dans l'économie de chaque pays, créant forcément des injustices restant dans l'ombre.


Nous avons tant failli, tant perdu face à ces défis.


Face à ses échecs, nous devons tirer les conséquences. En effet, à la fois individuellement mais, aussi collectivement pour nos engagements politiques.


Albert Camus disait à la remise de son prix Nobel « Chaque génération, sans doute, se croit voué à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse » . Leur monde, peut être, est défait, mais à l'aube de cette décennie, nous avons la tâche de prendre une nouvelle trajectoire encore plus ambitieuse que jamais nous ne devons pas refaire le monde mais tout simplement le faire.


Oui, il s'ouvre un nouveau cycle politique, peut-être plus ardu que les autres mais, nous pouvons prendre un nouveau cap pour la gauche. Notre génération, engagée, plurielle, s'investit dans la première bataille électorale de la décennie ; les municipales. Cette bataille électorale, c'est l'image de notre monde. Un monde complexe par un paysage politique renouvelé.


Avant cachée sous le tapis, l'écologie est devenu le sujet central de nos débats et de nos propositions. C'est enjeu global qui doit passer au niveau local, pour ensuite avoir un impacte, départementale, régionale, nationale, européen et mondiale.


Car dans nos communes, nous avons les leviers pour actionner des changements qui permettront de construire un futur désirable sur nos territoires. Permettre à nos services public locaux de répondre à l’enjeu de la transition écologique ; une meilleure gestion des déchets, promouvoir les transports doux, déminéraliser nos villes, recréer des quartiers avec un écosystème à taille humaine. Promouvoir la santé pour toutes et tous.

Faire de nos villes des espaces inclusifs.


Tant d'objectifs, tant d'ambitions pour demain qu'il est primordial que la jeunesse doit s'emparer de ses espaces politiques afin d'être à l'avant-garde de la construction démocratique de notre nouveau modèle de société.


Pauline Langlois, candidate sur la liste “Nantes en confiance”

portée par Johanna Rolland


En tant que candidate aux élections municipales, je m’engage faire de l'écologie et du social les deux jambes de nos politiques publiques de demain. Tout en gardant comme rigueur de ne jamais tergiverser sur l'impératif démocratique dans la construction de celle-ci. Rien ne peut se faire avec le visage de l'autorité, tout est possible avec le visage de l'ouverture et du dialogue.

Nous avons connu des temps difficiles, mais nous devons retrouver l'espoir pour demain et avoir le souffle pour réaliser les utopies d'aujourd'hui.

SUIVEZ-NOUS

©2019 - Culture G / Les Jeunes Génération·s