• .la rédac

Transition écologique et sociale : les trois conseils lecture de la Coopérative




Maxime de Rostolan, Yanis Varoufakis, Cyril Dion… La Coopérative vous présente ses trois conseils de lecture pour mieux comprendre la transition écologique et sociale nécessaire à la construction du monde de demain. Ces lectures sont complémentaires, leurs points de vue et leurs thèmes se font écho et sont idéals pour adopter une vision globale du système sur lequel repose notre quotidien et le monde qui vient.


1. Maxime de Rostolan fondateur de Fermes d’Avenir, On a 20 ans pour changer le monde. Bonne nouvelle : C’est possible ! Larousse, 2018.


« Cher lecteur, […] j’ai néanmoins bien en tête l’objectif de ce livre : vous convaincre qu’un autre monde est nécessaire et possible » ( cf. Avant-propos, p.5)


Cet ouvrage d’une centaine de pages est composé de 20 lettres, Maxime de Rostolan s’adresse à vingt personnalités venant de multiples horizons comme le journalisme, la politique, l’agriculture, l’éducation et la formation, la musique ou le secteur bancaire. Ainsi sont présents, Pierre Pageot (Directeur de l’association Fermes d’Avenir) Donald J. Trump (Président des Etats-Unis d’Amérique) ; Lydia et Claude Bourguignon (Agronomes); Pierre Rabhi (Paysan-philosophe); Xavier Mathias, (Maraîcher et formateur) ; Agnès Buzyn ([ancienne] Ministre des Solidarités et de la Santé) ; Manu Chao (Chanteur) ; Guillaume Meurice (Journaliste-humoriste) ; Nicolas Hulot ([ancien] Ministre de la transition écologique et solidaire)…


Dans chacune de ses lettres, l’auteur interpelle le ou la destinataire au sujet de l’association qu’il a co-fondée. Le réseau Fermes d’Avenir sert à motiver et engager de nouveaux acteurs à participer à la transition agricole contemporaine en France mais aussi à l’échelle européenne et internationale. En effet, l’enjeu est de taille, nourrir une population de plus en plus grande tout en conciliant le respect des terres, des agriculteurs.trices et paysan.ne.s, de la santé de tou.te.s (consommateurs et riverains). C’est aussi faire face au défi du dérèglement climatique qui impacte d’ores et déjà énormément les méthodes agricoles, les rendements, la qualité ainsi que la quantité des récoltes : l’imperméabilité des sols, des saisons (et des années) de plus en plus chaudes, sèches et déréglées, des espèces d’insectes menacées de disparition ou déjà éteintes et des catastrophes naturelles de plus en plus régulières et ardues.


En s’adressant à des responsables politiques et économiques (notamment dans les lettres 12, 14 et 15), il interpelle sur la place de l’écologie dans la politique de santé publique, la pertinence du financement de l’économie réelle ou la mise en place de circuits courts et efficients pour alimenter notamment les cantines en plats issus d’une agriculture biologique, locale et solidaire. Quant aux autres personnalités et responsables à qui il écrit, Maxime de Rostolan leur propose de s’allier à lui et aux Fermes d’Avenir puisqu’il est convaincu «que les individus peuvent, ensemble, déplacer des montagnes s’ils rassemblent leurs forces et conjuguent leurs différences pour le futur » (cf. Avant-propos, p.7).


Ce livre est plein de sources et de ressources utiles à tou.te.s, il aborde le sujet de l’agriculture et des enjeux du réchauffement climatique des mois et années à venir, omniprésent dans l’actualité et les médias. Il nous en apprend beaucoup sur le monde agricole, son fonctionnement, ses acteur.rice.s et leurs liens, ses financements, les alternatives et les limites du modèle actuel. Il encourage surtout à agir chaque jour à son échelle dans autant de domaines que possible et à discuter, créer des liens pour fonder de nouvelles associations, convaincre les collectivités et responsables locaux à participer à la transition, voter pour des acteur.rice.s conscients de ces enjeux :


“Tout commence par un « Bonjour ».

Allez voir le cuisinier de l’école de vos enfants, le maraîcher qui vend ses légumes au marché, vos voisins qui pestent face à votre revendication de compost collectif, votre grand-oncle qui ne comprend rien à tout ça et croit que le problème vient des immigrés…

Osez et diffusez, inventez, agissez.

Ce n’est pas ça qui changera le monde, mais on n’y arrivera pas sans ça !

A très bientôt pour le tome 2 de cet ouvrage, qui s’intitulera On a plus que 10 ans pour changer le Monde et pourra, je l’espère, afficher le sous-titre « …et voilà tout le chemin parcouru en 10 ans ! »

Merci à tous ceux qui comprennent et s’engagent. A tout vite. mAx.” ( cf. #20 Acceptez-vous de vous lancer ? p.124).


2. Yanis Varoufakis, Mon cours d’économie idéale. 8 brèves leçons pour tout comprendre, traduit du grec par Vassilis Ithakis, édition Champs actuel, 2016.


Yanis Varoufakis est docteur en économie et ministre des Finances du gouvernement d’Alexis Tsipras en Grèce en 2015, au moment des négociations européennes sur la crise de la dette grecque. Dans ce livre il explique l’économie, son fonctionnement, ses failles et ses limites en s’adressant à sa fille ce qui rend ce livre très pédagogique et facile à comprendre. Il peut se lire de façon continue ou par chapitre, donc qu’il n’y a pas d’obligation de lire un chapitre pour comprendre le suivant.


Il comprend donc 8 chapitres sur les bases de l’économie : Chapitre 1. Pourquoi tant d’inégalité ? ; Chapitre 2. Le prix et la valeur ; Chapitre 3. Dette, profit, richesse ; Chapitre 4. Le crédit, la crise, l’Etat ; Chapitre 5. Machines hantées ; Chapitre 6. Deux marchés œdipiens ; Chapitre 7. Des virus qui ne se prennent pas pour rien. Chapitre 8. La monnaie.


L’auteur essaie toujours de replacer le contexte du départ d’un mécanisme économique, notamment le contexte historique et géographique ou anthropologique. Par exemple au début du livre, l’auteur se demande « Pourquoi les Aborigènes d’Australie n’ont-ils pas envahi l’Angleterre ?» (Chapitre 1, Pourquoi tant d’inégalité? pp.15-17). Aussi, toujours dans le premier chapitre, l’économiste aborde le thème de marché et le différencie de l’économie. En effet, il définit le marché comme une sphère d’échanges (cf. p.17) entre biens et/ou monnaie d’échange (selon l’époque et le développement de ces dernières). Enfin, Yanis Varoufakis met souvent en parallèle fiction et réalité pour expliquer les phénomènes économiques et/ou sociétaux : il fait par exemple référence au film Matrix et au personnage de Frankenstein. Il utilise d’ailleurs le choix entre la Pilule rouge et la Pilule bleue dans son épilogue (pp.203-212). Au fil de ces leçons d’économies, il confronte les réalités, les phénomènes économiques actuels comme la crise de la dette grecque, le fonctionnement des marchés, la création et le début des sociétés de marché et nous aide à mieux comprendre le monde économique.


3. Cyril Dion, Petit manuel de résistance contemporaine, domaine du possible, édition : actes sud, mai 2018.


Dans ce Petit manuel, Cyril Dion nous propose de nous frayer un chemin pour entrer en résistance. Dans son premier chapitre, il fait d’abord le constat du triste état de la Planète « C’est pire que ce que vous croyez ». Alors que nous vivons dans un monde de paix et de sécurité relatives et qu’en seulement quelques décennies nous avons développé des outils de plus en plus intelligents et considérablement transformé nos modes de vie, nous avons en même temps mis en péril la vie terrestre et, en pleine conscience, nous allons tout droit vers la sixième extinction de masse. Puis le co-fondateur du mouvement Colibris nous invite à la réflexion sur l’interdépendance des gestes individuels et collectifs car “chaque geste [comptera] [s’ils] sont faits ensemble et en complémentarité”. Dans la troisième partie intitulée « Changer d’histoire pour changer l’histoire », il décrit comment les récits et les fictions ont une influence sur l’Histoire, nos schémas et nos perceptions culturelles. En effet, l’imaginaire et la construction de fiction est propre à l’humain, aucun autre être vivant n’a développé cette capacité. Alors que l’humain s’en est servi pour coopérer, diffuser des histoires, des croyances, des légendes à travers le temps et l’espace, d’abord par le langage puis par l’invention de l’écriture. Aujourd’hui ces pouvoirs de coopération et de communication sont enrichis et presque sans limite, en quelques clics nous pouvons discuter avec un interlocuteur qui se trouve à plusieurs milliers de kilomètres, nous pouvons trouver un nombre infini d’informations et aussi les diffuser, les façonner, les raconter selon un point de vue. La fiction actuelle dans laquelle nous sommes comme bloqués est celle de la société de consommation, de divertissements et de capitalisme, elle persiste et se suffit à elle-même. Pour se donner une chance de limiter les conséquences du changement climatique et assurer de conditions de vie décentes sur Terre aux futures générations, il faut réussir à écrire de nouvelles fictions. Nous devrons faire la révolution contre cette société, qui ne profite aujourd’hui à une infime partie de la population mondiale et privilégiée, détenant les richesses et les pouvoirs (politiques, sociaux, culturels) et étant la cause incontestée du changement climatique contemporain.


Pour conclure sur la transition, et en d’autres formats, il existe une plateforme audiovisuelle indépendante, gratuite et collaborative : https://www.imagotv.fr/. Sur le site, on peut retrouver émissions, documentaires, courts-métrages, podcasts et musique sur les thématiques de conscience, alternatives, médias, santé, écologie, économie, société et histoire, mais aussi des dossiers sur les thèmes du travail, de la surconsommation, l’anarchisme, la permaculture, le transhumanisme, la démocratie, la collapsologie etc. A travers ces vidéos et podcasts, on découvre des alternatives, des projets, des idées, des individus impliqués dans la transition, des actions concrètes, des remises en question et des réflexions sur le monde actuel et celui que l’on forge pour demain. Vous pourrez retrouver notamment les podcasts des interview « Thinkerview », le film « Foutu pour Foutu » réalisé par Agathe Bru et Romain Sanchez et sorti en décembre 2019 sur le site, la série « effondrement », des sélections de festivals et de pièces de théâtre.


Charlène Maquot

SUIVEZ-NOUS

  • Noir Icône Instagram

©2019 - Culture G / Les Jeunes Génération·s